Partie 2 : Comment transmettre un enseignement basé sur la vertu

Publié le par Pseudo : ANATA

THEME ABORDE : EDUCATION DES ENFANTS

 

TRADUCTION DE LA CONFERENCE DONNEE PAR LE PROFESSEUR TAIWANAIS TCHAI LI XU LE 20 NOVEMBRE 2004

 

Dans une étude statistique faite sur les élèves aux Etats Unis, on comptabilise les données suivantes :


71% trichent

68% se battent etc ..


mais 96% des élèves estiment qu'ils ont un comportement vertueux, le point de vue est donné par les élèves qui se considèrent vertueux. Or, c'est une vue tout à fait erronnée et ne correspond pas à la réalité.


Ce qui est important dans l'éducation de la nouvelle génération est de montrer l'exemple.


En 1988, il y a 77 personnes qui ont obtenu le prix nobel en France. Ces personnes disent que si l'on veut survivre au 21ème siècle, il faut retourner à l'enseignement donné il y a 2000 ans de la sagesse de confucius et du bouddhisme.


La base de l'enseignement confucéen est fondée sur la bonté

La base de l'enseignement bouddhiste est fondée sur la compassion


En occident, le christianisme préconise l'Amour


Les trois mots clés de l'enseignement des sagesses se résument ainsi :


Bonté, Amour et Compassion


dans le but d'instaurer une société harmonieuse et paisible.


Seulement, pour que la maison soit solide, il faut que la fondation soit solide. Or, la base de la bonté est la piété filiale.


Cet élément demeure absent dans la notion occidentale.


Le monde où nous vivons commence à se dégénérer il y a 30 à 40 ans.


Or, éduquer une personne, c'est d'abord lui montrer l'exemple pour qu'il nous suive.


Or, pourquoi est ce que la Chine qui a conservé cet enseignement a t-elle connu des périodes de décadence ?


Nous savons que la dynastie Qin, est une dynastie où la Chine était un empire puissant. C'est aussi une époque où l'empereur suit les règles inculqués par confucius.


Or, depuis que l'impératrice Qi He est monté sur le trône, elle oublie ses règles édictés par nos ancêtres, et petit à petit, la Chine connait une période de décadence.


Avec la révolution culturelle, la Chine connait aussi une période de décadence, car les intellectuels ne donnent pas l'exemple.


Il faut connaître les raisons de ces dégradations de la Chine pour éviter à nouveau de revivre l'échec.


La résolution d'un problème nécessite une grande détermination qui nécessite une intelligence et sagesse.


Mais, comment acquérir la sagesse ? Elle vient des connaissances et enseignements qui ont été testé par des générations et par tous les époques de l'histoire.


Les autraliens, après avoir écouté les enseignements du Di Zi Guai (confucius), sont à 100% d'accords, mais, ils n'ont aucune notion de ses connaissances dans leur culture.


Nous allons réfléchir sur un sujet :


Comment mener une vie heureuse ?


Dans le monde occidental, la vie d'une personne se résume ainsi :


Durant l'enfance : c'est le paradis (les enfants obtiennent ce qu'ils désirent)

A l'adulte : c'est le champ de bataille

La vieillesse : ressemble à une tombe


Parce que chez les occidentaux, il n'y a pas de piété filiale, les personnes âgées, ne veulent pas rentrer dans les maisons de retraites pour devenir un numéro. La vieillesse est vide.


Les parents donnent tout à leurs enfants, et répondent à leur caprice. Cette attitude des parents génèrent une génération de dépensiers, lorsque les enfants deviennent adultes. Ils ne sont pas encore rentrés dans la société que leur désir est déjà insatiables. Une fois rentrée dans la société, ils sont vite endettés.


Chez les occidentaux, les personnes âgées perçoivent des aides sociales qui sont prélevées à la jeune génération


Chez les chinois, les personnes âgées réfléchissent à la manière de transmettre leurs expériences et enseignements à la jeune génération


A Singapour, le système sociale est intéressant. Les jeunes quand ils commencent à travailler, commencent déjà à épargner pour leur propre retraite et n'attendent rien de la jeune génération lorsqu'ils sont vieux.


En Chine, d'après l'enseignement confucéen :


Durant l'enfance : accumulation des mérites

A l'adulte : créer le bonheur

La vieillesse : vivre le bonheur


Comment aider un enfant à accumuler le bonheur ?


Lorsque tout petit, on lui enseigne la piété filiale, la bonté. L'enfant va déjà apporter cette graine de bonheur à sa famille et aussi autour de lui : à la société


Tout petit, il crée déjà son bonheur futur.


Quand il grandira, il va rentrer dans la société pour apporter sa part de contribution à la société. Lorsqu'une personne a cette forme de concept, plus, elle vit, plus elle devient précieuse, en transmettant son enseignement et expériences aux autres. Même après 60 ans.


Confucius, malgré sa mort, demeure toujours parmi nous, quelque que soit le lieu ou l'époque, les personnes parlent de lui, pensent à lui et apprennent son enseignement. En fait, Confucius, n'est pas vraiment mort aux yeux des chinois, il reste toujours vivant dans notre esprit.


La même chose pour un ancien haut fonctionnaire de la Chine Fan Zhong Yuan, qui durant son vivant réfléchis toujours à « comment améliorer la vie de la population ».


Quand une personne a une vie vertueuse, sa mémoire traverse le temps et reste intacte et éternelle dans l'esprit des jeunes générations.






 

Publié dans Harmonie de Vie

Commenter cet article