Les bienfaits de l'acupuncture

Publié le par Pseudo : ANATA

L'Accupuncture (extrait du livre « Guide des médecines douces et alternatives »

 

 Définition : Le mot acupuncture vient du latin acus et punctura : pointe et piqûre et signifie piquer avec l'aiguille. Cette médecine particulière fait intervenir chez le malade son propre souffle vital appelé en chinois qi, par une stimulation au niveau des points cutanés spéciaux, grâce à des aiguilles ou des moxas pour obtenir une rééquilibration et une harmonisation de son organisme, perturbé par des agressions externe ou internes.

 

L'acupuncture fait partie de la médecine chinoise traditionnelle, c'est essentiellement une médecine préventive, éventuellement curative. C'est une médecine de compréhension de l'homme dans sa globalité : corps et esprit. Sa particularité est d'être basée sur la notion énergétique du Qi souffle, encore appelé énergie. Cette ancienne méthode considère les symptômes comme des signes d'un déséquilibre et non pas comme des signes d'affection, et attribue la maladie à une rupture de la circulation du qi ou « énergie vitale ». L'acupuncture peut soigner la maladie à son début, au stade encore réversible, au moment où l'homme possède encore suffisament de ressources vitales pour faire face à l'attaque d'un mal commençant, et le vaincre. Par conséquent, tous les cas chirurgicaux, traumatismes, fractures, toute maladie grave déclarée ou toute maladie irréversible (cancer, diabète, leucémies, méningite, sida, tuberculose ) ne relèvent plus de son domaine.

 

L'acupuncture peut apporter sa contribution dans la rééducation fonctionnelle ou pour soulager la douleur.

 

Ses principes fondamentales :

 

Repose sur la notion essentielle du qi, son arrêt dû à une cause physique ou psychique, externe ou interne, entraîne un « blocage » de la circulation énergétique accompagné de rétention en amont et de vide en aval.

 

Les bases de l'acupuncture : repose sur les bases d'une énergie Yin Yang, circulant dans l'organisme dans un réseau complexe de méridiens. La maladie résulte d'un déséquilibre énergétique entre ces deux pôles Yin/yang.

 

La maladie Yin : vagotomie : système nerveux parasympathique est prédominant. Symptômes observés : asthénie, congestion passive, pouls lent, constipation fréquente, paralysie flasque

 

La maladie Yang : sympathicotonie : système sympatique prédominant. Symptômes observés congestion rapide, hypertension artérielle, tachycardie, douleurs brutales, contractures, crampes, paralysie spastique.

 

Les méridiens chinois : les troubles sont souvent reliés entre eux par le système des méridiens. Ce sont des voies anatomiques tubulaires dans lesquelles circule un liquide vital, situé au niveau cutané et en profondeur, autour des vaisseaux sanguins et lymphatiques, autour et à l'intérieur des viscères.

 

L'énergie Yin est guidée par six méridiens : le coeur, les poumons, la circulation sanguine, le foie, les reins, le couple rate pancréas

 

L'énergie Yang est guidée par six autres méridiens : gros intestin, intestin grêle, triple réchauffeur, estomac, vésicule bilaire, vessie.

 

En plus de ces méridiens, il faut ajouter le vaisseau gouverneur nerveux qui agit sur l'énergie psychique et les glandes endocrines, ainsi que le vaisseau de la conception auquel sont reliés les fonctions respiratoires, digestives et sexuelles. Lorsque l'on agit sur les points cutanés des méridiens, on régularise de cette façon la circulation du fluide énergétique et on guérit ainsi la maladie.

Publié dans Harmonie de la Santé

Commenter cet article