Les bâtisseurs du 21ème siècle à travers le monde

Publié le par ANATA

Extrait de l'album « Passeurs d'espoir » de Marie Hélène et Laurent de Cherisey

 

Cet ouvrage raconte les documentations réalisées par une famille qui part à la rencontre  des bâtisseurs du 21ème siècle à travers les cinq continents dans 18 pays, ces personnes qui ont découvert un secret du bonheur, donné un sens à leur vie en dépassant leur propre problème et en mobilisant leur enthousiasme pour construire, ensemble le 21ème siècle. En effet, « ils refusent la fatalité, se sont mis debout et ont osé initier des solutions à ces problèmes apparement insolubles à l’échelle d’un homme. Ils nous prouvent qu’avec  chacun de nous le monde a de l’avenir …. Sans attendre l’hypothétique intervention des politiques ou institutions internationales».

 

Parmi les 21 pionniers cités dans l'album, 11 ont été sélectionnés.

 

En Brésil : Suzanna repeuple la forêt

 

Son mari, directeur financier décide de tout quitter pour réaliser son rêve : s'occuper d'une espèce de singe en voie de disparition. Suzana a compris que pour sauver les singes, il faut repeupler la forêt. Face aux braconniers locaux qui coupent le bois pour survivre, elle décide de former les habitants à l'agroforestation : associer les cultures agricoles : caféiers, arbres fruitiers, maraîchage qui bénéficiennt de cet engrais naturel. Ainsi, les habitants voient leur niveau de vie s'améliorer, de nombreuses espèces ont pu être protégées.

 

Au Pérou : Albina a déplacé des montagnes …d’ordures, pour offrir aux plus démunis des quartiers propres et des emplois reconnus et rentables :

 

Albina, en plus de ses études et des petits boulots pour les financer, organise des campagnes de  nettoyage volontaires avec les étudiants. Après ses études, Albina, embauchée par la ville de Lima pour s’occuper du nettoyage urbain, crée parallèlement avec les chiffoniers des micro-entreprises de nettoyage : équipement de protection, rationalisation de la collecte, amélioration des circuits de revente dans les quartiers pauvres et les bidonvilles. Rapidement, ils deviennent plus efficaces dans le rendement de leur travail et voient passer une activité dégradante à un travail d’entrepreneurs respectables. Après le vote de la nouvelle loi autorisant l’activité de nettoyage/recyclage de ses micro-entreprises grâce à l’intervention d’Albina, beaucoup de démunis peuvent vivre dignement dans leurs quartiers qui deviennent d’une propreté exemplaire. Les médecins témoignent : « les maladies et infections ont considérablement chuté. »

 

Aux Etats Unis : En pennsylvanie - Jeff, alchimiste de la santé pour tous

 

Aux Etats Unis, chacun finance son système de protection sociale. Les privilégiés ont une assurance offerte par l’employeur, les exclus sont pris en charge par des cliniques sociales. Mais, les employés précaires ou peu qualifiés n’ont pas cette chance. Jeff, témoigne que l’on peut créer des entreprises rentables au service de grandes causes sociales.

 

Après ses études, Jeff décide de créer un réseau pour coordonner les associations d’entraide. Quand quelqu’un se désocialise, il faut rapidement lui apporter une aide « globale » avec les associations spécialisées : vêtements, logement, désintoxication, aide alimentaire, soins, recherche d’emploi …Ainsi son réseau de coordination CCN a permis de créer une logique de guichet unique : toutes les associations travaillent ensemble, capable d’accueillir quelqu’un, de diagnostiquer son problème et de mobiliser l’aide des autres associations. En quelques années, le nombre d’hospitalisation d’urgence a baissé de 18%. De nombreux états veulent copier le modèle de Jeff. Mais Jeff s’attaque à un autre problème : le coût prohibitif des médicaments. C’est ainsi que CCN est devenu grossiste, toute personne ayant un traitement long et coûteux peut demander un « accompagnement CCN » : une assistante l’aide à suivre son traitement et les médicaments sont livrés à domicile. En limitant ainsi les intermédiaires, le coût des médicament est réduit de 30 à 80%. CCN fournit aussi des stocks aux cliniques sociales pour que les patients les plus démunis puissent se les procurer. Aujourd’hui, CCN est une entreprise rentable qui témoigne du possible mariage entre la performance économique et l’efficacité sociale.

 

Le Thaïlande – Pisit croit à une terre pour tous

 

Pisit constate que face à la concurrence industrielle, la compétition est inégale, l’actvité artisanale semble condamnée, sans autre solution que l’exode rural et la mendicité.

 

Alors que ses camarades choisissent une activité dans l’administration et le business, Pisit a choisi de s’engager dans une association.  Pisit a crée l’association Yadfon pour le développement local :au début, il a pris plusieurs mois pour lier d’amitié avec les pêcheurs. Il a découvert qu’ils ne respectent pas la distance côtière et leurs gros filets massacrent les poissons et les fonds marins. De plus, ils se sont mis à pêcher à la dynamite et aux cyanure quand les poissons se font rares. Ils coupaient la forêt de mangroves, arbres poussant enracinés au bord de l’eau des mers chaudes pour vendre le bois. C’était un vrai suicide collectif.  Pisit incite donc les pêcheurs à se mobiliser pour replanter les mangroves pour repleupler la forêt, car les racines des mangroves protègent et nidifient les poissons.

 

Rapidement, les filets se remplissent à nouveau. L’association Yadfon mobilise les communautés des villages côtiers mais aussi celles des plaines et des montagnes.

 

Le Cambodge – Martin ouvre des écoles

 

Martin, après avoir frôlé la mort au Mexique, travaille comme bénévole pour l’association Enfants du Mekong. Il dirige plusieurs orphelinats au Combodge et pilote le parainage de milliers d’enfants dans des régions presque inaccessibles. Grâce au parainage financier, les enfants peuvent aller à l’école, les plus grands vont jusqu’au baccalauréat. C’est le cambodge de demain qui est entrain de se former.

 

Inde – Docteur V   le visionnaire planétaire

 

La santé est un luxe inacessible pour des millions d’indiens Le coût des soins est prohibitif. Ainsi  millions d’Indiens sont aveugles à cause de la cataracte, un handicap fatal pour les  plus démunis. Jusqu’à la rencontre d’un vieillard handicapé et visionnaire le docteur V

 

Enfant, le docteur V apprend à écrire dans le sable, à 30 ans, devenant médecin, il voit son rêve s’effondrer : des crises d’arthrite l’ont condamné à ne pas pouvoir se lever. Défiant les pronostics des médecins, il a remarché au bout d’un an. Handicapé et les doigts paralysés, docteur V s’oriente vers l’ophtalmologie, seule spécialité qu’il peut pratiquer en étant assis. Il adapte des outillages à ses mains déformés et devient rapidement l’un des meilleurs chirurgiens de l’Inde.

 

A 55 ans, à l’âge de la retraite, il décide de construire une clinique de huit lits pour opérer  gratuitement les personnes atteintes de la cataracte. Une goutte d’eau dans un océan. Lors d’un voyage aux Etats Unis, il est fasciné par le modèle du géant du fast food : Mac donald qui parviennent à vendre un sandwich pour par cher dans le monde entier en gagnant efficacement à chaque étape de leur chaîne de production et de commercialisation.

 

Il a réalisé qu’il peut faire la même chose avec les yeux : étape préopératoire, opératoire, postopératoire, toute l’organisation est optimisée. Résultat : Docteur V opère dix fois plus vite qu’un chirurgien classique. En quelques années, il construit 5 hôpitaux et emploie 400 chirurgiens formées à la même efficacité.

 

Ainsi, les hôpitaux créés opèrent gratuitement les indigents. Ceux qui peuvent payer ont une chambre privée. Sur 10 personnes opérées, 7 ne peuvent pas payer, mais les 3 qui payent financent l’ensemble. En effet, dans le même temps, un chirurgien classique opère qu’une seule personne.

 

C’est comme cela que le système est rentable et peut se développer. Depuis 20 ans, docteur V et ses équipes ont soigné 2 millions d’aveugles. L’opération de la cataracte nécessite l’implantation de lentilles intra-oculaires. Nouvel obstacle insoluble : Docteur V a lancé le même principe de fabrication de lentille, en quelques années, l’entreprise devient le numéro

 Mondial. La réussite de Dr V prouve que l’on peut créer des entreprises rentables en répondant aux besoins fondamentaux de milliards de personnes qui sont exclus du système capitalistes. C’est avant tout une question d’organisation.

 

 

Inde – Laxman - Le Radja de l’eau

 

Le manque d’eau potable risque d’être la cause d’un conflit armé au 21ème siècle. Sans l’eau, la vie s’arrête. De nombreuses régions se désertifient et condamnent leurs populations à l’exode rurale pour une vie de paria dans les grandes villes. Peut on croire qu’un jeune homme de 17 ans, sans argent a su basculer une telle situation ?

 

A 17 ans, Laxman constate que les pluies sont rares et violentes, si on ne les canalise pas, elles ravient et appauvrissent le terrain puis s’évaporent.

 

Le lendemain, Laxman décide de creuser les réservoirs abandonnés, seul sous le soleil de plomb. Durant trois jours, son action discrète, courageuse et  persévérante impressionne le village. Alors, rejoint par les villageois, il décide de créer une cohésion sociale. L’année suivante, son village a reverdi. La nouvelle s’est répandu rapidement, d’autres villages leur ont demandé de l’aide. Il a donc arrêté ses études pour créer une association. D’année en années, ces techniques se répandent et permettent aujourd’hui à 700 000  personnes d’accéder à l’eau et d’éviter l’exode rural dans le rajasthan. Ainsi, ils creusent des canaux pour drainer plus d’eau vers les réservoirs, dans les champs, ils creusent des carrés pour stocker l’eau et éviter qu’elle ne ravine. Grâce à cette technique, il y a dix fois plus de fourrage pour les animauxf.

 

La banque mondiale qui a dépensé en vains beaucoup d’argent pour les barrages inefficaces est venue découvrir leur secret et a proposé son aide. Alors, il lui a demandé de créer des centres de formations pour que ces techniques servent au plus grand nombre.

 

 

Rwanda – François Xavier, Jean Marie Gérard - soirée de réconciliation

 

Depuis longtemps, les tutsis avaient le pouvoir ; avec l’indépendance, les hutus le prennent dans les années 60, les twas ignorés et humiliés semblent ne pas compter.

 

Après le génocide, avec le soutien de leur communauté, les trois amis : un Tutsi, un Hutus et un Twa décident de partir à trois vers une ville où 20 000 tutsis avaient été massacré en une journée. Ils ont organisé trois soirées sur le thème d’une possible réconciliation pour reconstruire. Le premier soir, les habitants étaient fous de rage, le deuxième soir, une femme s’est mise à pleurer et dit à haute voix qu’elle est revenue ce soir pour les tuer, mais en les écoutant, elle a compris que si elle est restée en vie, ce n’est pas pour redonner la mort. Fort de cette expérience, les trois amis ont voyagé à travers tout le rwanda pour animer des soirées de réconciliation.

 

 

Kenya – l’homme qui a allumé le feu

 

Joseph, un enfant du pays a connu des conditions difficiles durant son enfance : à l’âge de 4 ans, se lever à 5 heures du matin pour aller chercher de l’eau, se battre pour garder sa place dans une queue qui dure deux heures, ventre vide, courir 7 km pied nus et en haillons pour ne pas arriver en retard à l’école. Volontaire et intelligent, il est diplômé en 1994 jeune avocat. Refusant un poste de CDI proposé par l’ONU, il préfère rester dans son pays malgré les conditions de vie difficiles.

 

En voyant la génocide au Rwanda avec trois peuples différents, il craint pour le Kenya qui regroupe 42 tribus. Il s’est dit qu’il ne peut pas rester passif. En voyant la charte populaire pour la démocratie à Taïwan, il s’en est inspiré pour écrire une charte « Clean Election for Kenya ». Kenya connaît alors une dictature, les élections sont truquées, manifestations interdites. Sa charte résumait en dix points les fondements de la démocratie : je refuse la corruption, je vais voter, je ne vends pas ma voix contre de l’argent, je choisis un candidat honnête, je paye mes impôts … »

 

Après avoir fait des milliers de kilomètres à pied, en vélo, en taxi brousse  pour rencontrer les chefs locaux, traditionnels, religieux, en 1998, Joseph et ses amis ont obtenu un million et demi de signatures, suffisament pour faire pression sur le gouvernement. Bien que les votes ont été entachées par les troubles violentes, l’opposition gagne du terrain. Durant 4 ans, Joseph continue de se battre avec le soutien du peuple et de personnalités, en 2002, le pays est devenu démocratique et pour la première fois, l’opposition a gagné, victoire saluées par les instances internationales.

 

Témoignage d’un journaliste Monsieur Bedian, longtemps emprisonné : grâce à la démocratie, les gens reprennent confiance et osent entreprendre  . En parallèle de mon travail, j’ai crée un concept de micro jardin vivrier : 4 mètres cultivable en zone semi aride et permettent de nourrir une famille. Près de 500 000

 

 

Chine – Wu Qing : son combat pour les droits des femmes

 

Pour gagner la compétition mondiale, le nouveau mot d’ordre chinois « faites de l’argent » profite à une minorité privilégié. 700 millions de chinois sont à la traîne du progrès, et dans une société fondée sur l’homme, les femmes sont les premières à souffrir : 56% des femmes qui se suicident dans le monde sont chinoises.

 

La raison véritable de ce fort taux de suicides des femmes chinoises s’expliquent par une société qui oblige les femmes  à se marier de force à l’âge de 14 ans, ainsi les femmes perdent contact avec leurs familles et amis et se retrouvent seules sous l’autorité de la belle mère. Elles mènent une vie de misère et sont souvent humiliées, elles n’ont personnes à qui parler.

 

Wu Qing, fille d’une mère écrivain, mariée et mère d’un enfant, elle enseigne l’anglais à l’université. Elle a été sélectionnée par le parti pour représenter localementle le peuple. Première députée du peuple chinois, elle ouvre une permanence hebdomadaire et reçois tous ceux qui ont un problème.

 

Elle donne même son numéro personnel pour leur tenir au courant de l’évolution de leur requête. Ainsi, elle a pu obtenir gain de cause et faire voter de nouvelles lois : droit des étudiants, ouverturess d’écoles pour les enfants des familles migrants de la campagne à la ville (150 millions dont les enfants n’ont pas accès à l’éducation.

 

Chaque combat est difficile car il dérange souvent les intérêts particuliers : expropriations par des promoteurs immobiliers véreux achetant la police locale, travailleurs renvoyés sans payes après plusieurs mois de chantier. Les injustices sont nombreuses. La conviction de cette femme de tête : on ne pourra faire évoluer la Chine que de l’intérieur. Elle investit beaucoup sur la formation pour faire évoluer les mentalités. Grâce à ses actions, les femmes reprennent confiance en elles et font bouger la société : dans un village, une dame qu’ils ont formé a crée une coopérative de femmes qui ont planté 140 000 arbres fruitiers.

 

 

La Russie : Marina sauve les eaux de Baïkal

 

Petite et timide, Marina n’a pas peur de s’opposer aux intérêts d’un géant pétrolier qui voulait constuire un pipeline au bord du lac Baîkal.

 

Leur seule préoccupation était l’intérêt économique. Mais le lac Baikal contient 8% des réserves d’eau douce de la planète.

 

Marina s’occupe d’une petite association pour la protection de l’écologie.

 

Elle décide de s’opposer malgré les risques très graves encourues, en s’associant avec une autre association de Sarah, spécialisée dans l’aide et l’accompagnement des initiatives dans tous les domaines sociaux. Ils ont alerté l’opinion publique, les médias et les politiques. L’action a été efficace puisque la société pétrolière a retiré son projet.

 

 

 

 

Publié dans Harmonie Relationnelle

Commenter cet article

dissertation proposal 01/12/2009 13:51


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
______________________

dissertation proposal