"L'Enseignement du Bouddha" de Wapola Rahula

Publié le par flo

 

 

L’attitude mentale bouddhiste :  

1. L’homme est son propre refuge

 2. Pas de foi aveugle

- parole juste : abstention du mensonge, médisance, calomnies, paroles causant la haine, la désunion, la disharmonie entre un groupe, langage malveillant, bavardage oiseux, futiles, vains et sots.

La situation humaine est suprême, l’homme est son propre refuge, il n’y a pas d’être plus élevé ni de plus puissant qui siège au dessus de lui, on est juge de sa destinée.

Le bouddhisme nous enseigne à voir les choses  par nous même et non pas à croire aveuglément ce que l’on nous dit.

3. Pas d’attachement même à la vérité

                                                                  Les quatre Nobles Vérités :

 

   1ère première Noble Vérité : Dukka (imperfection, impermanence, souffrance, douleur »

 2ème Noble Vérité : l’apparition de la Dukka

  Comprendre le principe de la constitution d’un être à travers les cinq agrégats et d’être conscient  qu’aucun n’est « moi » ou « mien », devenir détaché de toutes choses.

Soif ou ardent désir qui produit la re-existence, et le re-devenir liée à une avidité passionnée : soif du plaisir des sens, soif de l’existence et du devenir, soif de la non-existence

  L’attachement à la richesse, à la puissance, aux idées, aux idéaux, aux opinions. La souffrance est causée par le désir égoïste. Ce désir se trouve dans la formation mentale un des cinq agrégats qui constituent l’être.

 3ème Noble Vérité : la cessation de la Dukka

 4ème Noble Vérité : le Sentier du Milieu 


 Ce sentier comporte huit catégories : 


                                                                  Conduite éthique :

  action juste :  abstention de détruire la vie, du vol, des transactions malhonnêtes, de rapports sexuels illégitimes : aider les autres à mener dans la voie droite, une vie pacifique et honorable

 

-  moyens d’existence juste : s’abstenir de gagner sa vie dans une profession nuisible aux autres : commerce des armes et instruments meurtriers, commerce des boissons enivrants, mise à mort d’animaux, tricher, vivre d’une profession honorable et irréprochable 

 Discipline mentale :

  - effort juste : volonté énergique de faire obstacle à l’apparition des états mentaux mauvais et malsains, se débarrasser des états néfastes existant chez l’homme, faire apparaître des états mentaux bons et sains qui n’existent pas encore, développer à amener les états mentaux qui sont déjà présents

-  attention juste : prendre conscience des activités du corps, des sensations et des émotions, des activités de l’esprit, des idées, pensées, conceptions et des choses

-  concentration juste :

 

1er étape : repousser les désirs passionnés, pensées malsaines, malveillance, langueur, tracas, l’excitation, le doute et conserver les sentiments de joie, de bonheur ainsi qu’une activité mentale

2ème étape : disparaissent toutes les activités mentales, apparaissent la tranquilité, la fixation unificatrice de l’esprit, sont conservés les sentiments de joie, de bonheur

3ème étape : disparaissent sensation active de la joie, mais persiste la  sensation du bonheur avec une équanimité consciente

4ème étape : toute sensation de bonheur et de malheur disparaissent, seules l’équanimité et la pure attention demeurent

 
La sagesse :

-  compréhension juste : comprendre les choses telles qu’elles sont, ce sont les quatre nobles vérités qui les expliquent telles qu’elles sont.  

-  pensée juste : pensées du renoncement, de détachement non-égoïste, pensées d’amour et de non-violence étendues à tous les êtres

 

 - Méditation ou culture mentale :

  1. Méditation concernant le corps : l’attention à  la respiration, prendre conscience de notre respiration, oublier tout le reste. Position assise. Durée : cinq ou dix minutes. Le pouvoir de concentration est d’autre part essentiel pour accéder à quelque forme que ce soit de compréhension profonde, de pénétration, de vision dans la nature des choses, y compris la réalisation du Nirvana.

Santé physique : détente, sommeil profond, rendre efficace le travail quotidien, on  devient calme, paisible, tranquille. 

 

 2. Méditation (vivre dans le présent) : être attentif à tout ce que vous faites, acte ou paroles, dans la routine quotidienne de votre travail, dans votre vie privé, publique ou professionnelle. Vivre ainsi dans le moment présent, dans l’action présente. La vie vraie, c’est le moment présent, non pas  les souvenirs d’un passé qui est mort et enfui, ni les rêves d’un  futur qui n’est pas encore né. 

 

 3. Méditation (sensations, émotions) : apprendre à ne pas être malheureux à propos de vos sensations désagréables, à ne pas tracasser au sujet de vos chagrins. Essayez de voir clair pourquoi, il y a une sensation de tristesse, de tracas, de douleur. Essayez d’examiner comment elle apparaît, quelle est sa cause, comme elle se dissipe et cesse. Tâchez d’examiner comme si vous observez de dehors, comme un savant observe son objet. Il faut oublier cette idée fausse du « je ». 

 

 4. Méditation (esprit) : avoir pleine conscience de l’état de notre esprit. Il s’agit d’observer, d’être attentif et d’examiner. Lorsque vous observez et discernez clairement la vraie nature de votre esprit, vous devenez impartial vis à vis de vos émotions, de ses sentiments, de ses états, vous devenez ainsi détaché et libre et vous pouvez voir alors les choses telles qu’elles sont. 

 

 5.Méditation (moraux, spirituels, intellectuels) : toutes nos études, lectures, discussions, conversations et réflexions sur ces questions sont incluses dans cette méditation. 

Ex : méditer et étudier sur les cinq empêchements :   Désirs sensuels - malveillance, haine ou colère – torpeur et langueur – l’excitation et le remords – doutes sceptiques  


Pour en savoir plus : 

Un forum d'échanges d'expériences sur le bouddhisme

Darshan : site sur le boudhisme

 

                                                                     

 

 

 

Publié dans Harmonie de Vie

Commenter cet article

kathy 09/09/2007 22:47

J'aime bien aussi l'histoire de la seconde flèche : il y a la douleur et la peur de la douleur, sans la peur, la douleur n'est qu'une sensation parmi tant d'autres..

Yann 24/02/2007 20:41

Super ce blog.C Est rare qu un blog m impressionne.On peut vraiment apprendre beaucoup ici et je vois que vous aimez la culture chinoise tout comme moi.
Au fait la souffrance c est dukkha et non dukka,mais ce n est pas tres important.
Bonne continuation.
Je vais prendre le temps d assimiler votre blog
Omituofo!
Yann