L'Esprit Martial

Publié le par ANATA


L’apprentissage et le choix d’un art martial autrefois se mérite à travers les qualités prédestinées du futur disciple :

 

-         la patience

-         la détermination

-         l’endurance

-         la persévérance

-         la régularité

 

Les grands Maîtres se différencient par la qualité de leur sagesse. Souvent, à travers les films que nous voyons, les grands maîtres d’arts martiaux adoptent différentes attitudes face aux multiples personnages qu’ils rencontrent et face aux différentes situations qui se présentent. Cette capacité à passer d’une attitude de grand sage qui enseigne les disciples à un simple ignorant devant un public de personnes cultivés, ou d’un vieux fou que les gens d’ordinaires ont du mal à comprendre a sans doute une origine intentionnelle.

 

Faisant mine d’ignorant, ils évitent l’apparition de la jalousie, faisant mine du vieux fou, ils ont la possibilité de tester leur entourage sur leur intention profonde et de connaître le fond de leur pensée.

 

Ainsi ils sons constitués d’une multitude facette, adoptées face à des situations différentes.

 

Les Arts Martiaux se répartissent en différentes catégories :

 

On distingue les arts Martiaux dites « dures » comme le :

 

-         Kung Fu (chinois), le Taekuando (coréen), le Judo (japonais), le Vietdao (vietnamien)

 

« ou plus souple » comme le :

 

-         le Taïchichuan (chine), l’Aïkido (japonais)

 

puis ensuite arrivent les pratiques incontournables destinées à développer la maîtrise du Qi, l’énergie vitale existant aussi bien en univers, qu’à travers êtres vivants qui nous entourent :

 

-         le Qi Gong

 

Enfin, arrive le niveau supérieur qui est la pratique de la méditation, où le pratiquant reste dans un état d’immobilisme, travaillant sur sa respiration ou utilise des techniques de visualisation.

 

Les Arts Martiaux dites « dures » se caractérisent par l’utilisation presque exclusive du corps et de la force du pratiquant, ces pratiques demandent énormément de temps d’entraînement. Ces pratiques, en dehors du combat ont pour objectif de favoriser le renforcement du corps et de l’esprit, en particulier recommandé pour les personnes dites « trop yin » qui ont besoin de se fortifier.

 

 

 

 

Les Arts Martiaux dits « souples », se caractérisent par une apparence de douceur et de souplesse dans les mouvements, mais en réalité, cache une très grande force à l’intérieur du pratiquant, souvent on utilise l’expression figuré du poing d’acier enveloppé par le coton.

 

Cette pratique qui demande beaucoup de subtilité, est d’un niveau supérieur, car, on ne combat pas l’ennemi, mais on joue avec, il n’y a plus de combat pour gagner, mais un échange de pratique destinée à enrichir son intérieur. Souvent, le Taïchichuan se caractérise par un esprit où le combattant utilise la force de son ennemi pour le vaincre.

 

Les Arts Martiaux de développement du Qi se caractérisent par une pratique qui consiste à développer le niveau d’énergie vitale à l’intérieur du corps du pratiquant.

 

 

Lorsque l’on atteint un niveau d’énergie suffisant, l’homme ne fait plus qu’un avec le ciel, la terre et le monde qui l’entoure, d’où l’esprit d’unité.

 

Il n’y a plus alors de dualité, tout est unité : les contraires se rejoignent.

 

Cet état est marqué par une très grande force de l’esprit qui émane une grande sérénité. C’est à ce moment précis qu’arrive l’étape finale de l’apprentissage : la méditation :

 

Combattre par le non combat,

 

Agir par le non agir.

 

Cet état d’immobilisme et de parfaite sérénité me fait penser au film chinois « HERO » qui parle du niveau supérieur dans le maniement de l’Epée.

 

L’idéogramme « EPEE » en chinois est constitué de la clé de l’homme au dessus du mot « unité » le tout au dessus des hommes, puis à droite de la clé de « l’épée ».

 

Dans l’interprétation du film « Hero », le mot Epée, lorsqu’il est compris par un grand calligraphe, ayant pratiquer et analyser la technique des Arts Martiaux à travers l’écriture, porte une signification très profonde :

 

« Lorsque l’on atteint un niveau supérieur de la pratique martial, l’homme et l’épée ne se quitte plus comme dans l’écriture, le pratiquant n’a plus besoin de son épée, car il le possède déjà à l’intérieur de lui-même, l’homme et son arme désormais, ne font plus qu’un, car son arme l’accompagne dans sa pensée, il ne s’y attache plus, lorsque l’on arrive à ne plus s’attacher à l’objet, c’est alors que l’objet nous appartient vraiment.

 

Si, on continue à décrypter plus précisément l’idéogramme du mot « Epée », on remarque que ce qui est important pour l’Homme, c’est l’unité, c’est de ne faire qu’un avec les autres et donc à faire régner la paix dans le monde.

 

 

Dans le film « Héro », lorsque l’assassin, après avoir pratiqué les techniques d’Arts Martiaux pendant dix ans dans le but unique d’assassiner le roi du pays Qing, a été envoyé pour tuer le monarque, à la fin du film, a enfin compris la signification profonde du mot EPEE.

 

 

C’est ainsi, dépourvu de toute haine, il a fait un acte ultime : celui de l’abandon, il a réellement compris qu’il ne fait plus qu’un avec son ennemi et au lieu de le combattre, il le comprend même mieux que le plus fidèle des sujets de celui qu’il veut assassiner.

 

Car en faisant qu’un avec son ennemi, il a réussi à pénétrer dans sa mode de penser et à ressentir les mêmes émotions et intentions que lui.

 

Ces quatre catégories d’Arts Martiaux se complètent et peuvent se pratiquer à travers différentes phases de notre état physique et corporel :

 

Lorsque l’on se trouve trop « yin : état de faiblesse corporelle et spirituelle », en pratiquant un art martial « dure », cela nous aide à nous renforcer l’esprit et le corps. Par contre, si on se trouve dans un état trop « yang : état d’excitation, de colère, de perturbation, de conflits intérieurs » : la pratique d’un art martial plus souple nous aide à nous calmer l’esprit.

 

Ces quatre catégories d’art martial se complètent etpermettent à tous ceux qui les pratiquent de trouver un état d’équilibre  d'harmonie avec la Nature.

Publié dans Harmonie de la Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article