Paroles pour le coeur

Publié le par flo.

Extrait du livre "Paroles pour le coeur" de Placide Gaboury

  • Le Coeur, c'est le oui qui dès le début de la vie, dès avant la naissance, avant même d'entrer dans le corps, acquiese, consent, accepte. Le oui de l'univers, de l'enfance avant l'arrivée de la raison. C'est ce qui crée des liens entre toutes choses, comme le coeur de chair qui relie tous les organes du corps par le flot du sang, par cette liaison liquide de vie.
  • C'est le coeur qui en nous, dans l'univers, entre les êtres crée des rapports, rassemble les éléments dispersés, raccorde les conflits, guérit les blessures, pardonne les affronts et les fautes impardonnables. Le coeur met un baume sur les déchirures. Il met un oui sur les non de nos vies. Il dépasse les non, les embrasse dans un grand oui. C'est ce qui se passe lorsque l'alcoolique dans un geste radical change le signe négatif de sa vie en un signe positif. Il rattrape tout son passé, le résorbe, l'exorcise, l'aime.
  • Pardonner, c'est justement ça. C'est la bonté qu embrasse le mal. C'est le Coeur qui dépasse la tête. La compréhension qui enraye le jugement. Il noie la tête dans la bonté humide. C'est la compassion pour les êtres par le dedans au lieu de les juger par le dehors.  Ce qui se tient en dehors ne fait que critiquer, juger et condamner. Il lui manque d'avoir assez souffert pour rentrer à l'intérieur et comprendre les autres du dedans.
  • La tête juge, c'est pourquoi elle ne peut aimer. Le Coeur aime c'est pourquoi, il ne peut juger. La tête se tient en dehors, elle ne rentre pas à l'intérieur des êtres, elle les regarde de haut, les condamne, les méprise, les catégorise confortablement. Notre être agit ainsi vis à vis de nous même, lorsque nous condamnons ce que nous sommes, lors que nous ne voulons pas nous pardonner, nous reconnaître, nous accepter.  Lorsque nous refusons qui nous sommes et refusons de nous regarder en face.
  • ...Le Coeur est la confiance totale, l'abandon entier, la tendresse complète, l'union entre les choses dispersées. Il n'est pas au dessus, il est à l'intérieur. ... Il nous libère de toutes les soumissions aux forces extérieures, de toutes les dispersions qu ne sont que dans la peur. Il est le seul à savoir où vont nos vies, car il en est le moteur, la semence, il est la source de toutes nos possibilités, l'unificateur.

Publié dans Harmonie de Vie

Commenter cet article