La Stratétie des Voyants

Publié le par flo.

Extrait du livre "Le Feu du Dedans" de  Carlos Castaneda

 

 

Présentation de l'auteur :

 

Carlos Castaneda, anthropologue qui effectue son apprentissage auprès d'un chaman du Mexique et qui nous livre à travers ses écrits la philosophie des chamans.

 

 

 

 

   

La stratégie des voyants :

Le contrôle, la discipline, l’endurance, le sens du minutage, le vouloir

Le contrôle : tout homme ayant un brin de fierté se sent déchiré lorsqu’on lui donne le sentiment qu’il ne vaut rien. Le fait de garder le moral quand on est bafoué s’appelle le contrôle.

La discipline : au lieu de s’apitoyer sur lui même comme il avait fait autrefois, il devait se mettre immédiatement au travail pour recenser les points forts, les faiblesses de l’homme et les excentricités de son comportement. Il découvrit que les points forts du contremaître résident dans la violence de sa nature et dans son audace. Sa grande faiblesse venait de ce qu’il aimait son travail et ne voulait pas le compromettre et qu’il était père de famille.

Rassembler toutes ces informations pendant que l’on vous tabasse s’appelle la discipline.

L’endurance : consiste à attendre patiemment sans précipitation, sans anxiété, c’est une simple et joyeuse façon de différer ce qu’il doit arriver. « je rampais tous les jours, pleurant parfois sous le fouet de l’homme et pourtant j’étais heureux. C’était la stratégie de mon bénéfactor qui me faisait tenir du jour au lendemain sans haïr cet homme. J’étais un guerrier. Je savais ce que j’attendais.

Le sens du minutage : est la qualité qui gouverne la libération de tout ce qui est retenu. Le contrôle, la discipline et l’endurance sont à l’image d’un barrage derrière lequel tout est accumulé.  Le sens du minutage est la porte du barrage. « J’avais passé six mois dans cette maison et pendant ce temps, j’avais exercé les quatre attributs du statut guerrier. J’avais réussi grâce à eux. Pas une fois, je ne m’étais apitoyé sur moi même, ni n’avais pleuré d’impuissance. 

Analyse et expérience :

C'est un texte très intéressant et très efficace pour être utilisé dans les situations conflictuelles de la vie quotidienne. De nos jours, tout le monde est amené à rencontrer des types qui ressemblent à l'homme décrit par Carlos Castaneda ou qui connait des situations où notre fierté est rudement mis à l'épreuve.

Face à ces situations, au début, la mise en pratique du texte, peut sembler difficile, mais avec de l'entraînement et en retenant le texte dans l'esprit, on finit petit à petit par l'intégrer et en faire une seconde nature.

Durant mon cours individuel de Taïchi, mon professeur m'a enseigné dans le Tuai Shou, la mise en pratique du Taïchi dans le combat à main nue :

Il me disait que durant le combat, il faut savoir considérer le combat comme un jeu.

Dans le Tuai Shou, celui qui a réussi à résister contre son adversaire est celui qui a réussi à maintenir une posture et un état d'esprit souple, tout en considérant le combat comme un jeu amusant. Le combat est donc devenu un jeu, l'adversaire un allié.

Alors que celui qui se montre fort, qui veut à tout prix gagner et résister, souvent est mis en échec dans l'exercice de Tuai Shou. Cette philosophie est aussi mis en pratique dans l'Aïkido, un autre style de combat japonais.

Ce texte rejoigne l'état d'esprit du Taïchi : "un acier entouré par le coton". 

Ce texte me fait aussi penser aux phrases que j'ai déjà entendues :

" l'alchimiste transforme le métal en or",

"les hommes de combat transforment un problème en opportunité", l

"le boudhisme nous incite à transformer toutes formes de situations conflictuelles aux bénéfices du développement de l'éveil ",

"un sportif préfère aller chercher le balon que d'attendre que le balon lui tombe entre ses mains",

"l'esprit du Taïchi nous suggère de transformer un ennemi en allié, cette idée est aussi reprise dans les stratégies de guerre".

 

 

 

Publié dans Harmonie de Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article