La Recherche du Bonheur : une démarche à contre courant

Publié le par ANATA

coeur-55.jpg 


Voici une synthèse des quatres extraits d'articles, fil conducteur d'une compréhension personnelle de la philosophie bouddhiste :



« Le Qi Gong des yeux » de Dominique Ferrara et Ma Xu Zhou

« L’enseignement du bouddha » de Wapola Rahula

« Le Lâcher prise »

« L’harmonie intérieure » de Sa Sainteté le Dalai Lama

 

 

 

1. L'insatisfaction des désirs :  origine et apparitions des cinq émotions négatives :

 

Bref rappel des citations de l’ouvrage « Le Qi Gong des yeux » de Dominique Ferrara et Ma Xu Zhou qui décrit les cinq émotions négatives :

 

-         la colère (organes concernés : la vésicule bilaire, le foie, les muscles et les yeux) : émotion qui engendre la violence verbale, créant une atmosphère tendue

 

-         la surexcitation (organes concernés : l’intestin, le cœur, les coins de l’œil, la langue) émotion qui engendre la précipitation, la suractivité qui crée les troubles de la fatigue

 

-         l’obsession, (organes concernés : l’estomac, la rate, les lèvres, la chair, les paupières) émotion qui crée un état de rumination incessant, des évènements liés au passé

 

-         la dépression (organes concernés : le gros intestin, le poumon, le nez, la peau, les poils, les cheveux) émotion qui affaiblit la personne

 

-         la peur (organes concernés  : la vessie, le rein, les oreilles, les os, les dents, la pupille) émotion qui peut causer l’anxiété et l’angoisse, causant un mal être insupportable »

 

 

Tout le monde aspire à être heureux, mais d’une façon paradoxale, plus on s'accorde trop d'importance à son propre bonheur, plus le bonheur a tendance à nous échapper. 

 

Pourquoi ?

 

 

Parce que notre attachement au bonheur, nous prive de la clairvoyance, de la vision profonde que le bonheur n’est pas à l’extérieur de nous, mais,  un état intérieur, inconditionnel , un état de satisfaction, de paix intérieure, de plénitude qui ne s’explique pas. 
 

Beaucoup de gens recherche inconsciemment cet état de bonheur intérieur, en fixant leur attention vers les éléments extérieurs.

 

La plupart des gens pense que le bonheur c’est :

 

-         la vie à deux, fonder une famille, avoir un travail, être entouré d’amis, être en bonne santé, devenir riche, avoir le pouvoir …

 

Mais, tous ces acquis ont tous un dénominateur commun : ils ne sont pas durables et sont éphémères, un jour ou l’autre, on est amené à les quitter, d'où cette notion d'illusoire chez les boudhistes : le bonheur est éphémère. 


Cet état de plénitude intérieur est inconditionnel à notre condition social, à notre niveau d'étude, il ne nécessite que de la pratique, de l’endurance, se travaille et se mérite à travers un travail qui exige de nous d'aller à CONTRE COURANT.

 

 

Pour illustrer cette réflexion, voici une citation tirée du livre « L’Harmonie intérieure » de Sa Sainteté Le Dalaï Lama, de Guéshé Lang Ri Thang Pa qui disait :

 

« Laissez bénéfice et victoire aux êtres sensibles. Pourquoi ? Parce que toutes les qualités excellentes ainsi que le bonheur en adviennent.

 

« Prenez sur vous pertes et défaites. Pourquoi ? Parce que toute souffrance et nuisance viennent d’un trop plein d’amour pour soi même.

 

Ces deux phrases sont difficiles à accepter pour la plupart des personnes. 

Selon ma propre compréhension du bouddhisme, p
lus nous nous attachons à vouloir « bénéfice et victoire », recherché par tous les êtres, plus nous nourrissons un trop plein d’amour pour nous même, ce qui engendre souffrance, crée par la peur de ne pas réussir à atteindre ces bénéfices, ces victoires, la peur de l’échec qui engendre chez nous tensions, créant la colère, la tristesse, la surexcitation …

 

Si nous réussissons à nous préparer mentalement à prendre sur nous « pertes et défaites » avant que ces deux compagnons de routes arrivent dans notre vie, cet entraînement devient alors une pratique. Ce qui fait que quand ils arrivent tous les deux, nous sommes tellement bien préparés pour les accueillir que nous les accueillons avec le sourire. Ce ne sera plus un fardeau pour nous, mais un très bon entraînement mentale, un sprint pour "les grands sportifs de haut niveau" !

 


L'ORIGINE DE NOS SOUFFRANCES :


 

Cet attachement à soi provient de l’éducation que nous avons reçue à travers nos parents, les écoles que nous fréquentons, la société elle même (cf article sur le lâcher prise : relation envers soi)

 

On entend souvent ces phrases se répéter inlassablement :

 

-         « sois fort ,  soit riche, réussit dans la vie, soit parfait, acharne toi, fais plaisir, ne pleure pas... »,

 

 

Ce qui nous conduit à poursuivre des buts avec beaucoup d’attachement. Cette force d’attachement à la poursuite des rêves et buts nous affaiblissent et crée l’apparition des cinq émotions négatives :

 

Tout d’abord 1. la peur : nous avons peur de ne pas pouvoir atteindre le but que nous nous sommes fixés, car notre attachement à la réussite est si grande que nous ne nous autorisons pas à l’échec. Cette poursuite du bonheur nous plonge sans cesse dans la peur

 

Puis arrive l’émotion de la 2. colère : lorsque nous voyons que notre but n’a pas été atteint à cause d’une personne ou d’une situation, nous sommes déçu. Cette déception engendre chez nous la colère, qui est né de la peur, cette peur de ne pas pouvoir atteindre notre but.

 

Lorsque survient cette colère, nous perdons contrôle de nous même, de notre sang froid, d’où la provenance des violences verbales, violences physiques, qui parfois peut conduire à des conflits au sein d’un couple, d’un groupe d’amis, d’une  famille, au sein d’une entreprise, et enfin plus large : la société, les pays.

 

 

D’où l’apparition des conflits territoriaux, des prises de pouvoirs et enfin des guerres pour défendre les raisons de chaque pays. Car, nous voulons absolument AVOIR RAISON, or nous ne poursuivons qu’une ILLUSION QUI N’EST PAS RELLE : car RIEN N’EST DURABLE, nous vivons dans un monde en constante MUTATION. 

 

Ensuite arrive la troisième émotion engendrée par « la peur » et « la colère » qui est 
3. l’obsession.

 

Ayant peur de ne pas pouvoir atteindre notre but, et découvrant notre échec à travers la déception, créant la colère, la conséquence de ces deux émotions engendre l’obsession.

 

Nous passons à la troisième étape : la rumination incessante des évènements liés au passé qui tourne à l’obsession. Cette émotion nous plonge dans un état qui risque de nous faire couper de la réalité. Cette troisième émotion nous amène inévitablement à la quatrième émotion négative :

4. la dépression : un état de tristesse qui nous affaiblit petit à petit.

 

Certaine personne pour sortir de cet état qui devient alors insupportable (la peur : créatrice de l’anxiété, de l’angoisse, la colère, créatrice de l’obsession, la dépression, origine de la surexcitation) :

 

 Utilise QUELQUEFOIS des addictions, en voici quelques exemples :

 

-         l’alimentation (maladie : boulimie : compensation d’un manque affectif, anorexie : autopunitiion)

-         l’alcool (échappatoire à l’angoisse, à la timidité, aux problèmes, prétexte pour faire la fête)

-         la drogue (refuse d’affronter la réalité en face : prétexte pour s’y réfugier)

-         le jeu (lié plus ou moins par un problème financier que l’individu cherche à camoufler dans le jeu)

-         la cigarette,

-         le sexe,

-         l’argent,

-         le pouvoir (compensation d’un manque lié à l’enfance, souvent une humiliation connue dans le passé)

-         le travail

-         l’envie de tout contrôler (crée par la peur et une manque de confiance en soi et aux autres)

-         la poursuite des projets interminables (cherche à compenser un vide au niveau personnel)

 

qui sont en réalité des « éléments tremplins  ou des échappatoires» qui n’apportent non seulement pas une solution au problème, mais qui masque en réalité un refus de faire face à la réalité :

 

 

                    la non atteinte au but que l’on s’est fixé :

                    poursuivre le bonheur, être heureux.

D'autres pour trouver leur libération finale, choisit une voie plus simple : 

le suicide pour fuire en réalité le problème qui les ronge.

 

Tant que les hommes continuent sans cesse à chercher à l’extérieur ce qu’ils ne trouveront jamais, cet état de paix intérieur, ce "paradis sur terre" que nous parle les chrétiens, ils continuront à souffrir de cette soif, et de ces cinq émotions négatives en découlent un état de mal être et d'apparitions de maladies.

 

Pour fuire l’état de dépression, voici une autre soupape que les addictions, on essaie de masquer le mal par une cinquième émotion négative : 5. la surexcitation.

 

Cette émotion nous plonge dans la précipitation et la suractivité pour les personnes qui sont addictions du travail, des projets qui ne se terminent jamais, des personnes qui ne savent pas s’arrêter.

 

2. L’apparition de ces cinq émotions à travers les situations de la vie :

 

Situation A : quand tout va bien, quand nous vivons une situation de confort :

 

Cette situation a pour nourriture la soif : on veut toujours plus, on devient aveugle, arrogant, orgueilleux, jaloux et compétitif.

 

Les émotions négatives qui en découlent sont : la peur (de perdre ce que nous possédons), la surexcitation (causée par la joie) entraîne la précipitation, la suractivité ce qui entraîne la fatigue puis la dépression.

 

  

Situation B : Quand nous sommes plongés dans une situation entourée d’obstacles et de difficultés. Nous avons tendance à nous apitoyer sur nous même, à nous plaindre en nous focalisant uniquement sur notre propre sort.

 

Conséquences :

 

Les émotions négatives  : la colère (frustration du moi qui n’obtient pas ce qu’il veut), la tristesse (déception de la non obtention de l’objectif), la peur (le moi se sent en insécurité), l’obsession (rumination des pensées liées au passé : regret du passé)

POUR FAIRE FACE AU FLEAU DE CES CINQ EMOTIONS NEGATIVES, VOICI LES SOLUTIONS :

 

 

 

Solution proposée par le bouddhisme :

 

Identification de l’origine de la souffrance 

-
        
observation de nos pensées et émotions, volonté de combattre les pensées et émotions négatives

 

- pratique régulière des différentes techniques de la méditation basé sur l’attention à la respiration, l’attention à nos émotions, l'attention aux instants présent, méditation sur nos douleurs physiques et psychiques…

 

Le bouddhisme nous recommande de supprimer l’ego qui est la cause véritable de notre souffrance :

 

-         la peur : quand le moi est en danger

-         la colère : quand le moi est déçu

-         l’obsession : quand le moi ne cesse de ruminer les faits du passé

-         la dépression : quand le moi est frustré

-         la surexcitation : quand le moi déni la déception, se focalise sur un échappatoire

 

Cinq émotions négative entraînant la haine, la rancune, le désir de vengeance qui ont tous pour origine LA SOIF. 
 

 

Solution 2 : Transformer les tracas en pratique et entraînement de l’esprit

 

"Transformer les écueils aux conditions favorables pour notre propre entraînement de l’esprit ":  

 

A chaque échec, souffrance, difficulté rencontrée, on se dit que c’est un entraînement mental comme une pratique sportive qui nous aide à nous renforcer. Avec cet état d’esprit d’auto-coaching, on se sent beaucoup plus armé pour affronter l’adversité. Cet entraînement se prépare quand on vit dans une situation de confort, et non quand les difficultés arrivent.

Comme les grands sportifs de hauts niveau, avant chaque match, avant chaque victoire, on passe son temps à s'entraîner.

Solution 3 : Les activités extra-professionnelles : échapatoires positives
 

Ce sont particulièrement les loisirs axés sur plusieurs niveau : 

Les activités sportives : course à pied, natation, sports d'équipes, arts martiaux, atlétismes...

Les activités artistiques : la peinture, l'écriture, le théâtre, la caligraphie, le chant, la musique


Ces activités ont pour objectif d'aider l'esprit à tourner vers d'autres centres d'intérêts qui peuvent répondre à notre désir : être heureux sans être dépendant des éléments que nous ne pouvons contrôler. 

 

 

Publié dans Harmonie de Vie

Commenter cet article

hermans 21/01/2008 15:11

Dans un contexte multinational ou la perfomance est de mise,je m'interroge  sur la réalité des valeurs humaines, le laché n'est il pas plutot une acceptation d'être formatisé a  l'encontre de toute valeur humaine

ANATA 31/01/2008 21:27

Pour répondre à votre question, la philosophie de ce site encourage les personnes qui sont en quête de la valeur humaine à voir les choses dans leur ensemble : les deux côtés de la pièce.Certes, nous vivons dans un contexte multinational qui nous incite à la performance, c'est une réalité que nous ne pouvons nier. Cependant, face à cette montée du climat de stress, notre seul arme pour conserver notre sang froid est d'adopter une attitude de détachement.Nous pouvons très bien allier les deux côtés : la performance active et le détachement tout en interchangeant en fonction de chaque situation  : le jour et la nuit s'interchangent constament : nous avons autant besoin du jour que de la nuit pour vivre normalement, l'un ne va pas sans l'autre, et pourtant, ces deux éléments s'opposent en se complètant.

ESMERALD-ART 15/12/2007 12:28

bonjour je découvre votre blog , sujets très intéressants ... je reviendrai en prenant le temps de parcourir les pages ... bonne journée

mireille 04/10/2007 23:08

d'accord avec tout ça mais ce n'est pas facile d'appliquer cela chaque jour :-(pourquoi le "naturel" revient-il au galop ?

ANATA 16/10/2007 00:14

Chère Mireille,Je reconnais que ce n'est pas facile de mettre en application cette pratique tous les jours, ni prétendre que je serai capable de maintenir un état de sérenité constante.Mais, ce que je peux t'affirmer, c'est que la connaissance de cette pratique m'a permis de rester lucide le plus longtemps possible en identifiant mes pensées, mes émotions négatives à travers la pratique de la méditation et aussi en dehors de la méditation. Lorsque je rencontre une difficulté, bien sûre que sur le coup, cela m'affecte énormément, mais au fur et à mesure, avec la pratique, je mets moins de temps à rebondir et à retrouver mon calme.Par contre, je ne comprends pas ce que tu veux dire par "le naturel" revient-il au galop ? Qu'est ce que tu veux dire par là ?